/ mai 31, 2019/ Liberté/ 0 comments

On vit dans un monde de saturation. Et plutôt que l’accès aux informations, aux activités ou autre, c’est le CHOIX de ces dernières qui devient de plus en plus problématique.

Inondés en permanence de stimuli, la chose qui — désormais — fait la différence entre les gens qui vont où ils veulent et les autres, c’est la capacité de filtrer. De choisir. De dire non.

Google fait très exactement cela, d’ailleurs. Quand on cherche un truc dans l’immensité des données disponibles, pour trouver, il filtre. Et dans toute la masse de conneries disponibles un peu partout, les gens précieux sont ceux qui arrivent à vous dire ce qui sera utile.

La principale richesse dont on dispose, aujourd’hui, c’est notre temps d’attention. Et l’espace. L’espace physique mais aussi l’espace mental. Alors j’ai un cadeau pour vous. Tout simple, mais ultra-puissant.

FILTRER

Filtrer ? C’est tout ?

Oui, c’est tout. Mais je vais développer. Avec un exemple.

Actuellement, je choisis un mode d’alimentation assez discipliné, et très libérateur, qui est un mélange de jeûne intermittent et de diète cétogène. Et il y a plusieurs filtres à franchir pour qu’un aliment entre dans ma bouche :

  1. Est-ce qu’il est plus de midi ? Si oui, on continue. Sinon, je ne mange pas. Point.
  2. Est-ce que je me suis déjà entraîné aujourd’hui ? Si oui, on continue, sinon, je ne mange pas. Simple.
  3. Est-ce que l’aliment contient du sucre ou des féculents ? Si oui, je ne mange pas. Si non, on continue.
  4. etc.

Au final, donc, c’est simple. Je pose mes conditions, grâce à ce système de filtre. Et si tout est aligné, alors je mange. Et donc je mange ce que je veux, au moment où je le veux.

Pour mon planning, c’est pareil. Pour que j’accepte de consacrer mon précieux temps d’attention à une activité, il faut passer ce simple filtre :

  1. Est-ce que ce truc est conforme à mes objectifs à long terme ? Si oui, je fais, sinon je délègue, je dis non, ou je reporte à un moment où ça sera utile pour la réalisation de mes objectifs.

Comment est-ce que je détermine mes objectifs ? Encore là, ce sont des filtres :

  1. Quelles sont mes aspirations ? Mes valeurs ?
  2. Quels sont mes besoins et contraintes ?
  3. Comment je peux réconcilier les deux points plus haut ? Par l’atteinte d’objectifs qui « passent » ces deux premiers filtres.

Les objectifs peuvent varier souvent. Les aspirations et les valeurs, beaucoup moins. De temps en temps je prends un temps pour faire le point sur tout ça. Mais globalement, ça simplifie tout. Et ça crée des critères simples et utilisables. Pour filtrer.

Voilà. C’est cadeau. Faites tourner ! 🙂

Faites tourner ! 🙂
error20
Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*