Un Bullet Journal pour grandir et évoluer!

/ février 20, 2019/ ressources/ 2 comments

J’ai envie de partager avec vous un outil de taille, qui fait ses preuves depuis des années : « le bullet journal » . Loin de moi l’idée de vous convaincre de son utilité, mais juste envie de partager avec vous ma façon de l’utiliser et quelques pistes pour se l’approprié au plus près de vos besoins et de qui vous êtes.

Ce billet s’adresse à ceux qui utilisent déjà un bullet journal, qui sentent que c’est possible de tirer plus de cet outil, et qui cherchent des solutions pour optimiser leur utilisation.

À la base, Ryder Carroll, à eu l’idée de fusionner ses nombreux post-its et todo lists avec ses cahiers artistiques. Pour en savoir plus, vous trouverez bon nombre d’info sur le web.

A mon sens, un bon bullet journal, outil d’organisation, se doit de vous ressembler. Je ne suis pas contre son utilisation récréative ou créative, mais là n’est pas le sujet.

Un « bujo » efficace n’est pas chronophage, n’est pas complexe et est auto-cohérent. Il reflète en un coup d’oeil, vos activités du moment et votre mode de vie.

Je vais pas revenir sur sa mise en place, bon nombre de blog et de vidéo en parle très bien. Voici quelques liens utiles :

http://www.zunzunblog.fr/bullet-journal/ le blog bullet journal de Julie.

http://www.powapowa.fr/ le blog powapowa avec un section dédiée à l’utilisation du bujo pour le développement personnel.

Mes réflexions sur chaque point constituant un bon bullet journal.

mindmap bullet journal

Index ou table des matières

L’idée est de retrouver rapidement les sujets qui vous importent. Voici quelques pistes pour être encore plus efficace :

  • choisir un code couleur par thème ;
  • aligner à gauche et à droite pour différencier le perso du pro (personnellement j’aligne à gauche toutes les rubriques et à droite les dailies / agenda à la semaine) ;
  • utiliser un système d’icône ou de code pour une rubrique récurrente ;

Planning annuel

Le planning annuel c’est la base. C’est LE truc qui prend du temps et qui demande un max de concentration. Tout d’abord de quel genre de planning annuel avez-vous besoin ? Qu’est-ce qui doit impérativement figurer dans cet espace ? Quelle visibilité souhaitez-vous ? Sur une page ? Une double page ? Avez-vous besoin d’y faire des annotations dans l’année ? En gros, à quoi vous sert cette page ? Si la réponse est « rien », n’en faite pas. Sinon, quelques pistes :

détail de mon planning annuel avec jour de la semaine, numéro de la semaine
  • toujours le fameux code couleur pour les thèmes, comme les vacances scolaires, jours fériés, temps planifiés pour soi ou en amoureux (oui oui, ça vaut la peine!)… Idéalement, utiliser le même code couleur partout pour ne pas se mélanger les pinceaux !
  • Si vous avez besoin d’une vision d’ensemble choisissez le format en une page ou sur une double page ;
  • Si vous avez besoin d’y ajouter des notes prévoyez de l’espace, donc plutôt sur plusieurs pages ;
  • Si vous avez des suivis (comme des objectifs à moyen, court et long terme) à l’année, prévoyez une colonne ou un espace dédié. Pas la peine de faire une micro colonne si votre écriture est grosse, ça finira par donner un résultat pourri, et perso, quand mon bujo devient moche, ben j’ai plus envie ;
  • Avez vous besoin de connaître les jours de la semaine ? C’est une vraie question pour la mise en page.
  • Opter pour un cahier à point ou à carreaux, tellement plus facile à faire la mise en forme ;
  • Prenez le temps de faire une mini-maquette, histoire d’être sûr que votre truc tient la route, ça prend un peu de temps, mais c’est gagné pour la suite.

Organisation mensuelle

mon « future log » ou « monthly log prévisionnel » de janvier

Deux grandes options, le « monthly log » prévisionnel (appelé également « future log »), qui vous donne une vision d’ensemble pour chaque mois de l’année à l’avance ou le « monthly log » que vous faites au début de chaque mois. Si vous avez beaucoup de rdv à caler à l’avance (sur une échéance de plus d’un mois), et que ça ne rentre pas dans l’organisation annuelle, prévoyez beaucoup d’espace pour le « monthly log » prévisionnel. Si vous avez un rythme de vie avec peu de rdv pris à l’avance et que vous avez prévu un peu d’espace dans l’organisation annuelle, alors le « monthly log » fait au début de chaque mois peut largement suffire. Mes tuyaux « monthly log » :

  • différencier les objectifs perso, pro, familiaux et administratifs ;
  • faire des trackers au mois ou à la semaine selon les goûts. Avantage des trackers au mois, on visualise bien la progression, mais ça peut décourager les procrastinateurs et les perfectionnistes (qui sont souvent les mêmes, d’ailleurs… David et moi sommes d’excellents exemples !) ;
  • utiliser encore le fameux code couleur.

Objectifs perso

De façon régulière, je prends du temps pour redéfinir mes objectifs (sur tous les plans de vie). Donc, dans mon bujo, j’ai une page spéciale qui concerne mes objectifs de vie et mes priorités absolues, histoire de pas me faire prendre par le quotidien et les énergies d’habitudes. De cette page, découlent des objectifs concrets à court, moyen et long terme. Je décompose mes objectifs en actions, répertoriées dans le planning annuel et/ou dans mon « monthly log » prévisionnel, et je les retrouve donc régulièrement dans mon bujo. Cela me permet de les garder à l’esprit. Si des objectifs à long terme ne rentrent pas dans l’année en cours, je les reporte dans une page dédiée que je nomme « aspirations ou rêves » pour les projets à venir .

Je vais pas vous livrer tout mes secrets d’objectifs bien construits, (parce que ça ne serait pas correct pour ceux qui me payent pour ce service, hein!) mais voici quelques pistes :

  • un objectif cohérent est formulé au positif ;
  • un objectif est divisible en différentes actions réalisables ;
  • un objectif est quantifiable et évaluable ;
  • un objectif réalisable doit pouvoir être réalisé par vous. Gagner à l’euro million n’est pas un objectif, c’est un rêve ;
  • Répertoriez vos objectifs au bon endroit, c’est la garantie de pouvoir faire un suivis de ceux-ci .

Les « trackers » de bonnes habitudes

Trop de trackers tue les trackers !

Note à moi-même: personne ne t’oblige de faire des trackers que tu ne suis pas !

L’idée de base d’un tracker c’est de faire rentrer dans notre quotidien une nouvelle habitude qui va dans le sens de nos objectifs. Comme déjà dit plus haut, il est possible de les mettre à la semaine ou au mois. Avantage de le mettre à la semaine : cela permet de varier la quantité de trackers d’une semaine sur l’autre, selon différents objectifs. Personnellement, mes trackers varient selon la présence de mes enfants en garde alternée, par exemple. Attention aux perfectionnistes qui en mettent deux tonnes comme si les journées de 48h existaient. Attention au procrastinateurs pour qui le format à la semaine convient mieux. Quelques pistes :

  • un bon tracker permet de checker les bonnes habitudes, et pas les mauvaises. Attention à l’auto-flagellation ! À vous de trouver le juste milieu !
  • un bon tracker concerne uniquement une action que vous faites une fois par jour au moins ;
  • le nombre de trackers que vous avez donne une indication sur votre niveau de contrôle. Les personnes contrôlantes ayant un bujo sont blindées de trackers ! Et les laxistes procrastinateurs comme moi, ont des trackers vides (pour le moment… ;-)) ;
  • conseil concernant la charge mentale (spécial super maman et super papa) : mettre en place un tracker hebdomadaire pour le partage des tâches du foyer avec un code couleur pour elle et lui. Et pour les puristes une estimation en temps passé pour chaque tâche. Ça permet de faire un bilan en évitant les prises de têtes du genre : « c’est toujours moi » ou « tu fais jamais ». Ça objective la charge réelle (bam, dans tes dents ! Moi, ça ma fait un putain de bien avant que je me casse avec mes gosses sous le bras !).

Agenda à la semaine

Question de goût ou de visuel, une page ou double page ? Quelques pistes :

une double page « dailies » avec rabat au milieu et encart « intime »
  • une page pour une organisation succinte ;
  • double page pour écrire beaucoup ou avoir un visuel sobre ;
  • une double page pour une vision sur deux semaines ;
  • une double page vision sur deux semaines avec une page pliée au milieu, histoire d’avoir un rabat « intime » pour des notes plus personnelles, ça c’est l’invention de ma pote Lolie ! ;
  • Un rappel de mes objectifs de la semaine, avec prioritaire et secondaire (perso, 5 objectifs par semaine au delà, j’y arrive pas, toujours à cause de ses foutues 24h par jour) ;
  • Une todo list ;
  • une « not todo list », invention de David, les choses à pas faire comme trainer sur FB par exemple ;
  • Un espace achat, courses ou truc dans le genre ;
  • Un espace pour les rdv à prendre, genre le dentiste de choupinou, rappeler ma pote trucmuche ;
  • un espace gestion administrative ;
  • un espace budget dépense à prévoir ou rentrée d’argent attendu (franchement bienvenu pour les auto-entrepreneurs) ;
  • espace « motivation » : Je me met une phrase inspirante en tête de semaine. Chaque matin je me laisse ensuite inspirer par une phrase qui me touche, histoire d’avoir une relation de qualité avec mon intuition. C’est un bon deal, je lui donne de la place, et elle sait que je l’écoute !

Autres pages de développement personnel

Selon les aspirations du moment ou ce qui vous traversent dans la vie, avoir un espace « développement personnel » dans son bujo, c’est maintenir un suivi, garder une trace de ce qu’on vit intérieurement et poser des mots sur des maux (oula la je l’ai dit!). Donc voici quelques suggestions que j’ai utilisé ou que j’utilise encore :

une double page de garde avec tableau de visualisation
  • une page de gratitude, cultiver la gratitude ouvre le cœur, permet de voir la vie du bon côté, tout ça, tout ça. Elle peut se décliner avec un tracker si on veut être rigoureux et le faire tout les jours, et pas seulement quand ça va bien.
  • Une page pour le suivis des rêves, pour ceux qui se soucient de leur vie nocturne ;
  • Une page pour noter ou illustrer les beaux moments vécus (un peu similaire à la gratitude, mais s’appuie plus sur des beaux souvenirs à cultiver). Perso, je faisais le point à la fin de chaque mois passé, et prenait un temps pour le mettre en image.
  • Un tableau de visualisation. J’aime bien le faire sur la page de garde du bujo, la reliure est souvent plus épaisse (dessin, collage, peinture, bref, technique libre !).
  • Une page pour vos rêves ou les activités à faire avec les amis, la famille ou en amoureux ;
  • des pages pour résumer les sujets qui vous inspirent, livres, conférences, film etc. ;
  • une page pour rappeler vos valeurs ou principes de vie ;
  • une page pour noter nos succès, nos réussites quelles soient quotidiennes ou épisodiques. Faire le point des succès passés ou écrire tous les jours les choses qu’on a fait au mieux. Booste l’estime de soi.
  • Une page pour vous affirmer, pour dire vos droits. Pour ceux qui n’ont pas trop confiance et qui doutent que la vie soit un cadeau. Commencer à lister avec « j’ai le droit… d’exister, de vivre, d’aimer, de m’aimer, d’être aimer, de faire ce que j’aime, de dire ce que je pense », etc..
  • Une page pour voir que nous sommes duels et qu’on peut s’aimer comme ça. C’est une page que j’ai intitulée « Soit bien, Soit mal, Soi-m’aime » en souvenir de ma petit sœur qui aimait particulièrement ce slogan. Dans cette page, j’y note des exemple ou je suis quelques chose et son contraire. Par exemple ça donne ; «  Je m’aime quand je suis patiente avec mes enfants car je leur donne de l’écoute, je m’aime quand je hurle sur mes gosses car ils me les cassent, parce que j’exprime mon besoin que mon espace soit respecté ». Certes, c’est pas parfait, mais je ne le serai jamais. Et accepter que je puisse être imparfaite m’aide à m’aimer tel que je suis.

Page autour des passions

Vos projets méritent de l’espace. Quand un espace est dédié à vos passions et vos projets dans votre bujo, cela vous permet de bosser dessus lorsque vous avez un temps libre. À une terrasse de café, dans la salle d’attente ou autre. Imaginez si chaque petit temps perdu dans un mois ou une année peut servir vos projets ?

Pas de tuyaux particuliers sur ce thème, juste envie de vous voir faire de plus en plus ce que vous aimez.

À quoi ressemble mon bujo actuel ?

Un planning annuel sur une page avec un visuel rapide en code couleur (semaine présence des enfants, de ceux de David, les absences taff de David, mes projections stages avec David ou en solo, le taff quoi, du temps reservé pour moi et pour notre couple, les vacances scolaires). Et une méga grosse colonne de note pour y ajouté des projets ou des infos utiles.

Ensuite, avec les coachings à distance, j’ai un suivis qui s’étale au moins sur deux mois, donc j’ai 12 doubles pages pour les monthly log prévisionnel que je prépare à l’avance. Une double page monthly log prévisionnel comprend un gros visuel des jours du mois qui sont colorés selon présence des enfants, férié, et vacances scolaires, bref le même code couleur se retrouve. Je choisi le nombre de jours où je vais bosser, seulement quand les enfants sont à l’école, soit 4 jours par semaines ouvrables. J’ai assez de place pour noter tout mes rendez-vous pro ou autres dans une case qui correspond à un jour. Je me garde une colonne pour les objectifs ; perso, pro, suivis administratif et divorce (puisque c’est en cours).

J’ai une page pour le rappel de mes principes de vie (vous savez ces valeurs qui nous suivent en trame de fond et qui font du bien de se rappeler de temps à autre). Sur cette page j’ai mes priorités absolues (exercice qui découle de l’identification des besoins), rien de sorcier, une de mes priorités absolues c’est « prendre soin de moi, me protéger, donner et recevoir ». J’y ajoute également des phrases d’affirmation et d’inspiration. C’est les mêmes qu’on retrouve sur le frigo, ou à la salle de bain pour ceux qui sont déjà venu chez nous !

Je consacre une page à mon cycle, je ne détaille pas ici mais ça sera surement un sujet de vidéo ou autre. Ça reprend les infos que je transmets lors de la formation à l’auto-observation du sang et du cycle, et quelques tuyaux issus de la symptothermie.

J’ai une page de codes, tous parce que j’oublie facilement. Et pas la peine de me le taper, les codes sont codés (gnark gnark) !

J’ai des pages autour des conférences, livre qui m’inspirent.

J’ai mes pages de Dailies, qui sont toujours en double page, pour deux semaines de visibilité.

Bref, un bujo qui fonctionne vous ressemble. Ça vaut la peine de se pencher sur le format, volume de page. Avec points, carreaux ou blancs. Pour ma part, le grammage du papier est méga important. Les stylos le sont aussi. J’utilise uniquement les stylos d’une marque de différentes tailles et des stabilo pour la couleur. Pour anecdote, lorsque j’ai mis les pieds chez David pour la première fois, j’ai constaté qu’on avait le même bujo, même taille, même grammage et qu’on utilisaient les mêmes stylos. Début d’une longue séries de coïncidences !

Si cet article vous a plu, partagez! #EnsembleOnVaPlusLoin! commentez, likez! et laisser nous vos questions!

Aurélie

Faites tourner ! 🙂
error20
Share this Post

2 Comments

  1. Merci pour la mention 🙂

    1. Merci à toi également Powa, ton travail est de qualité et fort inspirant!

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*